Projects

Diapositive2  Diapositive3 

Témoignage sur la période de pratique pédagogique.

C’est un réel plaisir pour moi de partager les expériences vécues pendant ma période de pratique pédagogique 2017 avec vous. Au prime abord, je tiens à signaler que je suis agronome de formation et c’est pour la passion que j’ai toujours eu pour l’enseignement que j’ai décidé de m’inscrire à l’Ecole DNS Mbankana afin que mon rêve devienne réalité. Ma formation de deux ans à l’école DNS Mbankana a démarré en Septembre 2015 et s’achèvera en Juillet 2017.

La période d’un mois et une semaine de pratique pédagogique que j’ai passée à l’Ecole Publique de MAMPU a été indispensable pour ma formation d’enseignant à plus d’un titre, car elle a apporté des réponses à certaines questions énigmatiques que je me posais sur l’enseignement et a également guéri quelques infirmités psychopédagogiques dont je souffrais.

La liste des acquis ayant enrichi mon savoir-faire pendant cette période est loin d’être exhaustive, raison pour laquelle je ne m’appesantirai que sur quelques-uns d’entre eux. Sur le plan pédagogique, j’ai approfondi mes connaissances tant sur la fiche de préparation détaillée, la préparation des leçons en langues nationales (lingala) que la préparation succincte dans le journal de classe.

Parlant de la préparation détaillée des leçons, j’ai découvert avec satisfaction une autre forme de fiche de préparation qui permet de ressortir les stratégies à appliquer pour parvenir aux résultats attendus à chaque étape de la leçon. L’utilisation de cette fiche m’a permis de comprendre avec clarté la différence entre objectif opérationnel et compétence.

La fiche de préparation en langue nationale (lingala) a été l’une des surprises agréables de mon stage car sa connotation vernaculaire a facilité ma compréhension de cette fiche.

La méthode de la préparation succincte constituait un sujet ambigu pour moi avant la session de pratique pédagogique. Pendant la formation théorique à l’Ecole DNS Mbankana, j’ai toujours cru qu’il fallait y inscrire une méthode ou un procède d’enseignement, mais le stage professionnel m’a permis de découvrir qu’il ne s’agissait que de la marche ou des stratégies appliquées du début à la fin de la leçon.

Bien qu’ayant découvert de nouvelles choses et éclairci certaines zones d’ombres qui obscurcissaient quelques pans de ma formation, j’ai aussi apporté du nouveau au sein de l’école. En guise de nouveautés, j’ai initié les élèves à la prise d’initiative personnelle grâce à l’application du système de Détermination des Méthodes Modernes (DMM) appris à l’école DNS, je les ai aussi regroupés en TRIO afin de mettre en exergue la méthode participative à la recherche des solutions. Ces techniques innovatrices de la diffusion de la connaissance qui sont spécifiques à la pédagogie de l’école DNS, ont permis aux élèves d’être plus actifs puisqu’ils résolvaient ensemble les exercices qui leur étaient donnés, ils s’étaient davantage familiarisés les uns aux autres et avaient surtout fait preuve de créativité quand ils faisaient face aux difficultés.

Pendant nos leçons de botanique, de zoologie, d’études du milieu, la nature et les lieux publics étaient transformés en salle de classe afin de permettre aux élèves de se rapprocher du sujet de leur apprentissage et mieux l’assimiler. A titre d’exemple, la leçon sur les parties d’une plante s’était déroulée à l’ombre d’un arbre, et celui sur les animaux de la basse-cour dans un poulailler du village.

Les autres enseignants de l’école ont apprécié et adopté la simplicité de ma technique intuitive de conception des matériels didactiques. Je m’arrangeais toujours à concevoir quelque chose qui devait faciliter la compréhension de la leçon aux enfants quelle que soit la matière. Par exemple, pour la leçon sur la comparaison des fractions et des unités fractionnaires, je faisais recours aux oranges, au pain et surtout à un couteau pour fractionner les objets.

Cet enseignement axé sur l’utilisation de matériels didactiques a facilité la compréhension et l’assimilation par les élèves car près de 98% de ces derniers avaient au moins 8/10 aux tests sur lesdites leçons.

Sur le plan du développement communautaire, j’ai appris à la communauté scolaire comment construire une latrine hygiénique au sein de l’école afin de prévenir la survenue des maladies péril fécales.

J’ai aussi mené des campagnes de sensibilisation sur la prévention des maladies sévissant dans le village Mampu et ses environs telles que la malaria, les maladies de mains salles, les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH/Sida. Les membres de cette communauté ont également été sensibilisés sur l’égalité des genres, l’importance de l’éducation de la jeune fille, la prévention des grossesses précoces ou non désirables et l’importance de l’épargne pour les familles.

J’ai eu des séances de causeries à domicile avec les parents d’élèves que j’encadrais. Pendant ces sessions d’échanges nous avons abordé des sujets portant autant sur l’éducation financière, la sante sexuelle et reproductive, la protection de l’environnement, l’éducation de la jeune fille que sur les performances de leur progéniture. Notons aussi que certains parents avaient ouvertement exprimé leur satisfaction pour les changements constatés avec ma présence dans le village et souhaitaient que j’y retourne pour enseigner.

Il apparait donc sans ambages que ma période de pratique professionnelle a été bénéfique tant pour moi-même, pour l’Ecole Publique du Village Mampu que pour les membres de sa communauté. La satisfaction créée par ma contribution au développement de ce village prouve à suffisance que la pédagogie innovatrice de l’Ecole DNS Mbankana répond aux attentes des communautés du monde rurale pour laquelle elle est destinée.

                                                        Par Emmanuel OLECKO, Promotion 3

Etudiant à l’Ecole Normale DNS Mbankana, en République Démocratique du Congo.

facebook     youtube    twitter    linkedin